Ballet Richard Wherlock Don’t tell the Kids

Dont tell the kids Richard Wherlock ©Ballet de Bâle

Dont tell the kids Richard Wherlock ©Ballet de Bâle

Première mondiale  le 20 septembre 2018 au Théâtre de Bâle
Don’t tell the Kids pièce Rock ‘n’roll chorégraphiée par Richard Wherlock
They want only to be happy !
Max ossenberg-Engels, Piran Scott, Debora Maiques Marin Don’t tell the kids Richard Wherlock ©Lucian Hunziker
Chorégraphie et scénographie Richard Wherlock
Costume Carlijn Petermeijer
Lumière Roland Heid
Arrangements Musicaux Max Zachrisson
Dramaturgie Bettina Fischer

Musique du  Velvet Underground et Max Zachrisson.
Âge recommandé : A partir de 10 ans.

Danseurs: Lisa Horten-Skilbrei
Debora Maiques Marin
Max Ossenberg-Engels
Piran Scott
Andrea Tortosa Vidal
Max Zachrisson

Richard Wherlock s’interesse cette fois-ci à la famille , un microcosme autonome , mouvant , constituant originel de la société au titre d’élément basique comme l’est la mitochondrie au corps humain . Ne parle-t-on pas de cellule familiale ? Certes , association de mots qui implique aussi l’idée d’enfermement . Pour la plupart des gens, la famille est le lieu d’origine par excellence, où tout se passe à petite échelle. Dans son arrangement expérimental, Richard Wherlock met en scène deux familles  en une juxtaposition de tableaux typiques : un premier trio à l’allure stricte , père autoritaire , mère subordonnée glacée étriquée dans sa robe et dans son monde  , fils en rébellion tendance suicidaire ( MAX OSSENBERG-ENGELS DEBORA MAIQUES MARIN PIRAN SCOTT ) . Une famille à l’ancienne au sein de laquelle la figure tutélaire est celle de l’homme, celui qui  nourrit le foyer, donne son nom et qui autrefois confiait son héritage à l’aîné de la fratrie , mais ça , c’était avant !  Aujourd’hui , les femmes votent , travaillent,  ont un compte en banque personnel et…peuvent garder leur nom de jeune fille . Du coup , les mères sont remontées au haut de l’échelle sociale au même titre que leurs homologues masculins .

Dans la pièce proposée par Richard Wherlock , les costumes et le mobilier réfèrent clairement aux années 50 . DEBORA MAIQUES MARIN y est parfaite , nettoie , range , s’agite ,  toujours droite comme un I, le père PIRAN SCOTT déambule comme un prince communiquant impèrieusement avec ses vassaux  , le fils n’a que peu d’importance, on ne l’écoute pas . Aujourd’hui , ce modèle familial fait partie de l’histoire ( tant mieux ) et la notion de cellule familiale s’est considérablement assouplie . Familles monoparentales , couples hors mariage, parents de même sexe … Le fil d’Ariane étant de préserver une harmonie constante et un équilibre propices au bonheur.

Max Zarisson, Lisa Horten-Skilbrei, Max Ossenberg-Engels, Andrea Tortosa Vidal, Piran Scott, Debora Maiques Marin
©Lucian Hunziker
Avec le second trio , plus jeune ,  plus rock , plus cool , tout sourire , plus libre en somme (ANDREA TORTOSA VIDAL LISA HORTEN-SKILBREI MAX ZACHRISSON), on saute joyeusement dans le 21ème siècle, on se détend. Ce jeune couple a une fille ( pas un garçon ) et bien que pas grand chose ne semble le lier au couple précédent , leur amitié tourne au gré des frustrations et des désirs refoulés . Ainsi , DEBORA MAIQUES MARIN retrouve un semblant de liberté , pieds nus et cheveux défaits , dans les bras de MAX ZACHRISSON . ANDREA TORTOSA VIDAL et PIRAN SCOTT ont aussi leur moment d’égarement , mais finalement tout revient dans l’ordre des choses , les enfants seront le lien politiquement correct entre les deux familles qui retrouveront le sourire . Soyons heureux , même en famille !

Richard Wherlock a choisi la musique du « The Velvet Underground », un groupe de rock expérimental fondé à New York en 1964. Avec Lou Reed  chanteur et guitariste .C’est Andy Warholqui produit leur premier album. La formation initiale était composée  essentiellement de Lou Reed  et John Cale puis Nico (chant).
Le groupe s’est fait connaître avec ses textes provocateurs sur le sadomasochisme, le travestissement et la toxicomanie , sujets en vogue dans les années 70.

RICHARD WHERLOCK
Chorégraphie et mise en scène
Né à Bristol (GB). Études à la célèbre Ballet Rambert School de Londres. Lauréat du prix de la promotion de la Rhénanie-du-Nord-Westphalie
De 1991 à 1996, il a été directeur de ballet à l’École de danse de l’Université de Montréal au Théâtre Hagen, puis directeur du Ballet de Lucerne  puis directeur artistique et chorégraphe du Ballet de Berlin au Komische Oper. Richard Wherlock a notamment collaboré avec Werner Schroeter et Willi Decker. Depuis 2001/2002, il est directeur et chorégraphe en chef du Ballett Theater Basel.
De 2004 à 2009, il a été directeur artistique du festival « Basel Tanzt ». Pour le Ballet du Théâtre de Bâle, il a créé de nombreuses chorégraphies. Ses adaptations sont particulièrement réussies : des grands classiques comme « A Swan Lake », « Traviata – A Ballet », « Carmen », « Snow White, Juditha Triumphans, Eugène Onéguine ou Tevje , des  ballets historiques que Wherlock a réinterprété avec la technique de danse contemporaine.

Compagnies avec lesquelles Richard Wherlock a travaillé :
New English Contemporary Ballet, Scapino Ballet Rotterdam, Finnish Dance Theatre Helsinki, Ballett Staatstheater Braunschweig, Rumänisches National Ballett Ainsi que The Icelandic Ballet, Ballet National de Nancy et de Lorraine, Ballet National de Marseille, Ballet de l’Opéra de Nice, aalto ballett theater essen, Europa Danse (UNESCO), Ballett der Deutschen Oper am Rhein Düsseldorf, Singapore Dance Theatre, Ballett der Vereinigten Bühnen Graz, Tiroler Landestheater Innbruck, Introdans in Arnheim (NL), Ballett des Badischen Staatstheater Karlsruhe, Phoenix Dance Theatre Leeds, Ballet Contemporáneo del Teatro San Martín/Argentinien und Seoul Ballet Theatre Korea.

Richard Wherlock  a également créé une soirée de ballet pour Les Étoiles de l’Opéra national de Paris et pour le Ballet du Grand Théâtre de Bordeaux. Au Festival international de musique de Lucerne, il développe des chorégraphies pour des opéras de Monteverdi et Rossini. Wherlock a chorégraphié le film « Hasards ou coïncidences » de Claude Lelouch.
Pour le film de danse primé « Passengers » de la Télévision suisse FSR, RM Associates et 3sat – il a reçu le Prix Italia 2000. Et encore le film « One Bullet Left » – également produit par SRF – est sorti en 2003 avec la Rose d’Or. au Festival international du divertissement télévisuel. En 1999 Richard Wherlock reçoit le prix international de danse Benois de la Danse. En 2003, il crée la chorégraphie de la comédie musicale « West Side Story » .

PROCHAINES REPRESENTATIONS :
26 et 29 septembre 2018

4 , 7 , 11 , 19 octobre 2018

3 novembre 2018

THEATRE DE BALE
Publié le 22 septembre 2018 dans Théâtre Danse & Cinéma.

 

Print Friendly, PDF & Email