Marie-Antoinette Métamorphoses d'une image Pierre et Gilles Conciergerie Paris 2019 Photo VB
Marie-Antoinette Métamorphoses d'une image Pierre et Gilles Conciergerie Paris 2019 ©VB

Marie-Antoinette a de beaux jours devant elle : ça se passe à la Conciergerie jusqu’au 26 janvier 2020

Le Centre des monuments nationaux présente l’exposition « Marie-Antoinette, métamorphoses d’une image »

Rares sont les figures historiques qui ont connu un tel foisonnement de représentations : c’est le cas de Marie-Antoinette, de son vivant, puis surtout après sa mort, le 16 octobre 1793. Aujourd’hui, la reine, devenue icône, reste au centre de la culture populaire des images. À travers près de 200 œuvres, objets d’art et archives patrimoniales et contemporaines, interviews inédites, extraits de films, accessoires de mode, l’exposition illustre les multiples représentations de Marie-Antoinette et met en lumière tant historiquement que par une approche comparée et critique des formes,  cette exposition mondiale.

Viennent illustrer le propos de nombreux portraits, peintures, gravures, caricatures et pamphlets prêtés par les plus prestigieuses institutions françaises (le Château de Versailles, le Musée du Louvre, le Musée Carnavalet, le Domaine de Vizille – Musée de la Révolution Française ou encore la Bibliothèque nationale de France…). S’ajoutent à ces œuvres des pièces rarement ou jamais présentées : les archives du procès, la dernière lettre de Marie- Antoinette ou la Gazette des Atours de la Reine, trésors de l’armoire de fer des Archives nationales, ainsi que des objets issus de collections particulières.

Une part importante de l’exposition est consacrée à l’image de Marie-Antoinette ces dernières années au cinéma, dans la mode, la littérature, le manga, ou encore la création contemporaine avec Fernando Botero, Pierre et Gilles... Le public peut aussi découvrir des extraits d’une dizaine de films majeurs, des interviews dont celle de Sofia Coppola, des costumes et accessoires. Il s’agit également d’illustrer les rapports qu’entretiennent les milieux de la mode avec la figure de Marie-Antoinette, source d’inspiration des plus grands créateurs.

L’exposition « Marie-Antoinette, métamorphoses d’une image » met en lumière les identifications et réappropriations nombreuses autour d’un personnage historique devenu une icône. Exposition réalisée avec les participations exceptionnelles du château de Versailles, de la Bibliothèque nationale de France, des Archives Nationales, du Musée Carnavalet-Histoire de Paris, du Musée de la Révolution française-Domaine de Vizille et de la Cinémathèque française.

Depuis quelques années. Marie-Antoinette est devenue le personnage historique le plus commenté par les livres et les biographies ou les films, le plus représenté par les artistes contemporains, le plus utilisé en meubles, miroirs, poupées, mangas, romans, publicités ou jeux vidéo.

La Conciergerie

La première partie de l’exposition présente les représentations des dix dernières semaines, qui correspondent aux moments les plus dramatiques vécus par la reine, à la Conciergerie tandis que se tient son procès au Tribunal révolutionnaire. L’exposition montre un certain nombre de témoins mémoriels  : chemise, soulier, ceinture, plan d’aménagement des lieux et documents d’archives autour du procès et de l’exécution de la reine.

L’image de la reine

La figure de Marie-Antoinette est une véritable « planche à images ». Ainsi, cette prolifération a pu toucher, selon les époques, l’image officielle de la reine, notamment ses portraits par Élisabeth Vigée Le Brun, les images politiques de la mort de la reine, l’imagerie historique, le personnage représenté par le cinéma. Dans cette section, quatre corpus permettent d’organiser cette profusion des images hétérogènes de Marie-Antoinette, marquée par le motif de la reproduction en série. Les portraits d’Élisabeth Vigée Le Brun sont devenus essentiels dans la réputation de la reine, et ont donné lieu à de multiples copies, variations et reprises. L’exposition présente un tableau de la portraitiste attitrée de la reine, Marie-Antoinette en robe à paniers de satin blanc, 1778 (Château de Versailles), et illustre, à partir de cet exemple et de Marie-Antoinette « à la rose » (1783), le processus de diffusion sérielle par la gravure (XIXe/XXe siècle) et d’iconisation, en s’appuyant sur plusieurs retraitements contemporains, dont un Maria Antonieta after Vigée Le Brun de Fernando Botero, ou Le hameau de la Reine de Pierre et Gilles.

La mémoire politique de la reine décapitée

Une politique d’hommage à la reine s’est constituée dès la mort de Marie-Antoinette notamment lors des fouilles officielles pour retrouver ses restes puis de ses funérailles nationales à la Basilique Saint-Denis, en janvier 1815 sous la première Restauration. Une première chapelle expiatoire est inaugurée le 16 octobre 1815 à la Conciergerie sur l’emplacement de sa cellule. La Chapelle expiatoire, construite sur l’ancien cimetière de la Madeleine, à l’emplacement où avaient été inhumés les corps de Louis XVI et de Marie- Antoinette est achevée en 1826. Ces trois monuments représentent des espaces importants de cet hommage.

Marie-Antoinette à l’écran

Pour évoquer la saisie de Marie-Antoinette par le cinéma, devenue personnage cinématographique à part entière dans plus d’une cinquantaine de films, l’exposition présente, grâce à une riche documentation (photographies, affiches, maquettes et gravures, archives de presse, extraits de film, costumes), les principales œuvres qui l’ont portée à l’écran, des nombreuses saynètes muettes au film hollywoodien de Van Dyke (1938), de Sacha Guitry, Jean Delannoy, à Jacques Demy, Benoît Jacquot ou Sofia Coppola.

La chevelure

La chevelure a sans cesse été associée à Marie- Antoinette, depuis la vogue des immenses perruques « à la belle poule » au début des années 1780, jusqu’aux reprises de ce motif dans la mode, les arts, la publicité d’aujourd’hui, en passant par le culte des cheveux de la reine qu’on trouve dans les reliquaires de la tradition royaliste. Ce motif prend ainsi des aspects très changeants et ambivalents, de la dénonciation d’une coquetterie excessive à la vénération pour la religion d’une reine sacrifiant sa chevelure pour se présenter purifiée devant le jugement divin.

Les retours de la reine

Depuis une vingtaine d’années, Marie-Antoinette connaît un regain de popularité lié à la modernisation du personnage, devenu une jeune femme de notre temps. Ce renouveau est illustré par le manga japonais, qui a réinventé Marie-Antoinette dans La Rose de Versailles de Riyoko Ikeda en 1972, dont la postérité est majeure, notamment à travers  l’adaptation proposée par Jacques Demy dans son film, Lady Oscar, en 1978 ; la biographie de l’écrivaine anglaise Antonia Fraser, Marie-Antoinette : The Journey ; puis son adaptation par le film de Sofia Coppola, Marie-Antoinette et également à travers les rapports que les créateurs de mode entretiennent avec la figure de la reine.

Le commissaire scientifique, Antoine de Baecque

Historien, spécialiste de la culture des Lumières et de la Révolution française, Antoine de Baecque a publié Le Corps de l’histoire. Métaphores et politique 1770-1800 (Calmann-Lévy, 1993), La Gloire et l’effroi (Grasset, 1996) sur la Terreur, puis Les Eclats du rire (Calmann- Lévy, 2000), sur la culture des rieurs au XVIIIe. Il a également écrit le volume sur les Lumières de l’Histoire culturelle de la France en 1998 aux éditions du Seuil, et participé aux volumes collectifs, Histoire du corps, Histoire de la virilité, Histoire des émotions. Il a récemment publié Histoires d’amitié (Payot, 2014), En d’atroces souffrances. Pour une histoire de la douleur (Alma, 2015). Il explore l’espace de la fête mondaine à Paris dans Les Nuits parisiennes XVIIIe-XXIe siècles (Seuil, 2105).

Une monographie sous la direction de Antoine de Baecque Marie-Antoinette, métamorphoses d’une image  39 €

CONCIERGERIE de PARIS

Marie-Antoinette Métamorphoses d'une image Fernando Botero Conciergerie Paris 2019 Photo VB
Marie-Antoinette Métamorphoses d'une image Fernando Botero Conciergerie Paris 2019 ©VB
Marie-Antoinette Métamorphoses d'une image Kimiko Yoshida 2010 Conciergerie Paris 2019 ©VB
Marie-Antoinette Métamorphoses d'une image Kimiko Yoshida 2010 Conciergerie Paris 2019 ©VB
Marie-Antoinette Métamorphoses d'une image Royal Blood Erwin Olaf 2000 Conciergerie Paris 2019 Photo VB
Marie-Antoinette Métamorphoses d'une image Royal Blood Erwin Olaf 2000 Conciergerie Paris 2019 ©VB
Marie-Antoinette Métamorphoses d'une image Conciergerie Paris 2019 Photo VB
Marie-Antoinette Métamorphoses d'une image Conciergerie Paris 2019 ©VB
Partager cet article :