«Tom Tirabosco. Wonderland» au Cartoonmuseum de Bâle du 23 novembre 2019 au 8 mars 2020

Vernissage le 22 novembre à partir de 18h30

Intervenants lors du vernissage:  Dr. Lukas Faesch, Président de la Commission de la Fondation Merian , Nancy Huston, écrivaine  Paris, Tom Tirabosco, dessinateur  Genève, ainsi qu’Anette Gehrig, Directrice et curatrice au Cartoonmuseum Basel.Apero en clôture.

Tom Tirabosco Cartoonmuseum Bale

L’artiste romand Tom Tirabosco arbore une riche palette artistique, des livres pour enfants oniriques au dessin politique, en passant par des bandes dessinées élaborées aux sujets socialement et écologiquement engagés. L’exposition «Tom Tirabosco. Wonderland» au Cartoonmuseum de Bâle est la première rétrospective sur le territoire germanophone de cet artiste reconnu sur le plan international.

Tom Tirabosco. Wonderland

 Maître du monotype

Tom Tirabosco appartient à une génération d’auteurs romands de la Nouvelle BD qui attirent l’attention depuis quelques années par des œuvres exceptionnelles et originales. Né en 1966 à Rome, il vit à Genève depuis 1970 où il a son atelier. Son admiration pour les grands maîtres comme Pieter Bruegel, le Titien ou Véronèse poussa Tirabosco à faire des études d’art à l’Accademia di Belle Arti di Venezia et plus tard à l’École Supérieure des Arts Visuels de Genève.

Au titre d’illustrateur et de dessinateur de BD, Tirabosco est encore attaché à la peinture à présent, sans pourtant peindre au sens strict du terme. Une technique particulière proche du monotype, sur papier granuleux, caractérise son style original très plastique aux contours doux, aux nuances subtiles de gris et aux aplats de couleur crayeux. Il est à la fois un dessinateur puissant et un narrateur plein de fantaisie qui se sent à l’aise autant dans les sujets autobiographiques et surréels que dans la critique de la société ou l’humour.

Grâce à cette variété thématique, Tirabosco est connu non seulement pour ses albums de BD publiés par les grands éditeurs de BD français, mais aussi pour ses illustrations et ses dessins de presse dans les magazines comme «Strapazin» et «Drozophile» et les journaux «Libération» et «L’Hébdo». En outre, il est un auteur de livres pour enfants plein de sensibilité faisant preuve d’une intuition sûre vis-à-vis des jeunes lecteurs et lectrices.

Un auteur et dessinateur de BD indépendant

Tirabosco-Selbstporträt-2017©Cartoonmuseum Bâle

Dans «L’Œil de la forêt», la première BD d’une certaine importance de Tom Tirabosco, l’artiste signe comme auteur et dessinateur. Ce polar aux connotations sociales énormément captivant est conçu par Tirabosco en adaptant sa technique du monotype et en l’enrichissant de couleurs puissantes. La BD suivante «Monroe», élaborée avec l’auteur Pierre Wazem, relate comment un Inuit découvre une belle chaussure à talon dans l’abdomen d’une baleine tuée.

En collaboration avec Wazem, Tom Tirabosco se lance finalement dans la conception d’une trilogie, dont deux volumes ont vu le jour jusqu’à présent: «La Fin du monde» (2008) et «Sous-sols» (2012) fascinent par leurs récits surréels, vaguement reliés, et par le style plastique typique de Tirabosco. Dans le cadre d’une association subtile entre le rêve et la réalité, les biographies et les états d’âme des protagonistes sont mis en relation avec la fin du monde qui s’annonce ou avec la disparition de la lumière.

Également «Kongo» (2013) est réalisé en duo avec un auteur. Dans ce cas, il s’agit de Christian Perrissin. Le récit saisissant aux contrastes en noir et blanc relate un voyage de sept mois en Afrique de l’auteur Joseph Conrad et montre la brutalité féroce des colonialistes qui a inspiré à Conrad sa célèbre nouvelle «Au cœur des ténèbres».

Les œuvres les plus récentes: autobiographie et vision de l’avenir

Dans ses livres récents, il a non seulement contribué les images, mais aussi les scénarios; ils séduisent par un récit captivant et consistant. Publiée en 2014, «Wonderland» est une œuvre autobiographique, un retour subtil sur son univers sensoriel étant enfant et adolescent. Les situations quotidiennes et les moments extraordinaires qu’il dessine brossent le portrait d’une famille qui doit gérer des difficultés. Le père irascible mais créatif et la mère sensible en recherche d’harmonie se disputent souvent. Les trois frères, parmi lesquels le cadet Michel est né sans mains et sans pied gauche, sont solidaires et en même temps chacun à la recherche de leur propre chemin. Grâce à des images puissantes en noir et blanc, Tirabosco compose une histoire régulièrement interrompue par de merveilleuses séquences oniriques traitant des enfants qui grandissent et des sensations intenses de la jeunesse.

Si dans «Wonderland», Tirabosco revient sur sa propre vie, dans «Femme sauvage» il dirige son regard sur l’avenir proche de l’humanité. Artiste engagé, il défend depuis longtemps des positions environnementales: le roman graphique «Femme sauvage» paru il y a quelques semaines est une mise en garde saisissante, presque sans paroles, des conséquences de notre relation avec la nature. La jeune héroïne du livre s’enfuit d’un environnement urbain post-apocalyptiquevers les forêts montagneuses et y rencontre un être féminin sauvage, une mère originaire devenue humaine et une chamane qui la sauve d’une situation dangereuse et lui apprend à survivre en dehors de la civilisation. Dans ce récit, Tom Tirabosco apporte des nuances à son propre langage des images et crée des dessins plus mouvementés, dynamiques, souvent sans panels, qui jouent avec grande virtuosité sur les lumières, les ombres et les contrastes.

Récompenses : Tirabosco a obtenu entre autres le Prix Topffer de la ville de Genève en 1997 pour «L’Emissaire» et en 2013 (avec Christian Perrissin) pour «Kongo». En 2009, il a été récompensé (avec Pierre Wazem) à Angoulême par le Prix œcuménique de la bande dessinée pour «La Fin du monde» et en 2016 par le Prix BD Zoom pour «Wonderland». Tirabosco est en outre co-fondateur et président de la Swiss Comics Artists Association (SCAA).

L’exposition au Cartoonmuseum de Bâle est la première rétrospective sur le territoire germanophone de cet artiste reconnu sur le plan international. Tom Tirabosco créera en outre une série d’œuvres en partie de grand format, spécialement pour l’exposition.

Publications (sélection)

L’Emissaire, Atrabile-Papiers Gras, 1996

Le Colporteur, mit M-C Arn, Delcourt, 1997 Ailleurs, au même instant…, La Joie de lire, 1997 Les fonds de poches, La Joie de lire, 1998

La petite fille et la mort, Text: Rodolphe, Magnard Jeunesse, 1998 Les cailloux de Chacha, Text: P-Y Jacopin, La Joie de lire, 1999 Cabinet de curiosités, Atrabile, 1999

Seul au monde, Text: Rodolphe, Magnard Jeunesse, 2000 Narcissimo, Text: Urs Richle, La Joie de lire, 2000

Week-end avec préméditation, mit Pierre Wazem, Humanoïdes Associés, 2000 L’imagier de Tom, La Joie de lire, 2002

L’oeil de la forêt, Casterman, 2003 Le Dessert, La Joie de Lire, 2003

Léo & Léa, mit Véronique Grisseau, Casterman, 2004-2005 Arnold, La Joie de lire, 2005

Monroe, mit Pierre Wazem, Casterman, 2005

Touche pas à ma forêt!, mit Grisseaux, Casterman, 2007 Temps de canard, l’An 2, 2007

La fin du Monde (dtsch.: Das Ende der Welt, avant-verlag 2009), mit Pierre Wazem, Futuropolis, 2008

J’ai bien le droit, La Joie de lire, 2008

Sous-sols (dtsch: lm Dunkeln, avant-verlag, 2012), mit Pierre Wazem, Futuropolis, 2010

Les jeux olympiques des insectes, Text: Eugène, La Joie de lire, 2011

Kongo (dtsch: Kongo, avant-verlag 2013), mit Christian Perrissin, Futuropolis, 2013 Femme sauvage, Futuropolis, 2019

Heures d’ouverture du Cartoonmuseum : du  mardi au dimanche: 11-17 heures

Commissaire d’exposition Anette Gehrig, Bâle

Publicité / médiation Anne Müller

Médiation Visites

Visites avec la commissaire d’exposition Dimanches, 1.12.2019 et 1.3.2020, 14heures

Dimanche, 24.11., 22.12.2019 et 5.1., 16.2., 8.3.2020, 14 heures

Visites le dimanche en français Dimanche, 15.12.2019 et 26.1.2020, 14 heures

www.cartoonmuseum.ch

Partager cet article :

One thought on “Tom Tirabosco au Cartoonmuseum de Bâle

Comments are closed.