A la Galerie Radial Strasbourg Visite en ligne avec Frederic Croizer

Découverte, rêveries et évasion avec Radial

Pour vous accompagner dans cette période de confinement, je vous ai préparé tout un programme de découvertes de nos artistes sur Facebook et Instagram.De la sculpture, de la peinture, de la photographie… mais aussi des interviews et des vidéos inédites en Francais, Anglais, Allemand, Néerlandais et même Norvégien, sous-titrées bien entendu 😉

De quoi vous évader, libérer votre imagination, une invitation à la rêverie et à développer de nouveaux projets.
 Depuis chez moi, je suis à votre disposition pour vous accompagner dans vos projets et pour toute demande d’information sur les oeuvres de nos artistes (notre réserve magique dispose de plus de 300 oeuvres disponibles).

Au plaisir de vous revoir bientôt,
prenez soin de vous,
Frédéric Croizer

Abonnez-vous à nos pages Facebook et Instagram grâce aux liens ci-dessous.

Galerie GP & N Valois ©Home Paris

#2 Notes de Russie Extraits d’une Conversation avec l’artiste Zhenya Machneva le 28 février 2020, bientôt sur notre site web

« Je collectionne des couleurs tout le temps. Des couleurs venant de partout, des arbres, de la nature, du ciel. Par exemple, pour Totem, cette machine n’est en réalité pas du tout bleue et rose mais plutôt vert foncé et pas vraiment propre. Mais j’aime associer les couleurs de la nature à ces machines dans mon travail. Dans Totem, je me suis inspirée des variations de couleurs du ciel par exemple.

Je suis tombée amoureuse de la technique de la tapisserie à l’Académie des Arts de Saint-Pétersbourg. J’ai passé le diplôme en département textile et nous avions un cours de tapisserie. Je sentais que les tapisseries pouvaient « parler » comme des peintures, et pas seulement de manière décorative. Comme un peintre, je fais toutes mes tapisseries moi-même et cela a du sens car c’est un processus d’improvisation. Je ne travaille jamais avec un modèle, un dessin préparatoire sur lequel chaque couleur serait indiquée ; de même, je n’ai pas d’assistant à qui donner des instructions, car ma manière de travailler est très instinctive…. Mon processus est assez différent du modus operandi classique des tapisseries car historiquement, il y a toujours eu plusieurs étapes de production. Tout d’abord l’artiste réalisait un carton, un maître-modèle, puis il était reproduit par les lissiers ou tisserands. C’était un art décoratif réalisé par une équipe comprenant forcément plusieurs membres.

Pour moi, la tapisserie est une forme de méditation. Peut-être parce que je peux travailler sans aucun bruit parasite ; parfois je me rends compte après deux ou trois heures de travail que l’atelier est plongé dans un silence complet. Pendant que je suis sur mon métier, je pense à la vie, aux projets futurs et des milliers de pensées traversent mon esprit. Mais quand vient le temps de choisir les couleurs, je me concentre beaucoup plus ; c’est un moment d’intense attention et réflexion.

Je suis une personne optimiste et heureuse, je ne veux pas être nostalgique. Je pense que nous devons nous concentrer sur le présent et rêver de l’avenir … »

Galerie GP & N Vallois Paris

Ci-dessous Film complet dans l’atelier de l’artiste

 

Le Basel Art Center reste fermé jusqu’à nouvel ordre mais…

 

Pour vous permettre de profiter de l’exposition actuelle ART RAN DE MAR, nous transférons nos activités vers la version on-line.  Nous continuerons à vous tenir au courant dans les semaines à venir grâce à notre bulletin d’information, notre site web, facebook et instagram.

En outre, les visites de l’exposition actuelle ART RAN DE MAR sont toujours possibles sur demande. Veuillez prendre rendez-vous à l’adresse suivante : office@baselartcenter.ch

Basel Art Center 
Riehentorstrasse 31
4058 Basel 

Galerie Basel Art Center

Galerie 8+4 Bernard Chauveau édition de livres d’art Paris

La galerie d’édition est actuellement fermée jusqu’au 15 avril prochain minimum conformément aux décisions prises en raison de la crise sanitaire.
Toutefois, durant cette période nous restons en contact avec vous et vous proposons de retrouver régulièrement une sélection d’ouvrages de notre fonds ou de nouveautés à paraître. Vous pouvez également suivre notre actualité sur Instagram.

Durant cette période exceptionnelle, les frais de port sont offerts ( France ) et une remise de 5% sur l’ensemble du site avec l’utilisation du code « bon de réduction » : BC_2020 est appliquée

Bernar Venet tapisserie Galerie Bernard Chauveau Edition Luxembourg©VB
Bernar Venet tapisserie Galerie Bernard Chauveau Edition Luxembourg©VB

Depuis 2002, Bernard Chauveau développe une activité éditoriale autour de la création contemporaine internationale. La maison d’édition propose des ouvrages consacrés aux beaux-arts et arts décoratifs contemporains, abordant des thématiques telles que les arts plastiques, le design, l’architecture, la photographie ou encore la mode. Ces éditions sont réparties dans six collections : Cahiers et Couleurs, Les Cahiers, Cher…, Couleurs Contemporaines, Regard d’artiste, Un photographe / un territoire.

Bernard Chauveau développe également une activité de galerie : Galerie 8 + 4, orientée vers l’édition limitée de multiples, estampes, créations originales et bijoux avec des artistes et designers internationaux.

Les artistes édités ces dernières années sont notamment : Pierrette Bloch, Antoine Catala, Philippe Favier, Fabrice Hyber, Alex Katz, Claude Lévêque, Vera Molnar, Roman Opalka, Giuseppe Penone, Françoise Pétrovitch, Anne et Patrick Poirier, Claire Trotignon, Bernar Venet, Tomas Vu, Lawrence Weiner… Et pour les designers : Atelier BL 119, François Azambourg, Pierre Charpin, Odile Decq, David Dubois, Régis Mayot, Nestor Perkal, Cédric Ragot…

Antony Gormley galerie Ropac Marais Paris

Galerie Ropac ANTONY GORMLEY IN HABIT
PARIS MARAIS

« Nous vivons simultanément dans trois endroits : le corps, le monde construit et notre planète. Le deuxième corps —le monde construit— est celui qui prend de plus en plus de contrôle sur nous. En concevant un habitus en rapport à un habitat, nous renforçons, à travers l’habitude, des modes de comportement qui à la fois nous protègent et nous séparent de la vie immédiate du corps, ainsi que de la vie cosmique de notre planète. » Antony Gormley (2020)

La Galerie Thaddaeus Ropac présente In Habit, une nouvelle exposition de sculptures et d’oeuvres sur papier d’Antony Gormley articulée autour d’une installation dynamisant l’espace.  Run II se déploie librement à travers la galerie, et interagissant avec  l’œuvre, notre corps peut reconnaître ces formes et s’affranchir de ce que les Japonais appellent ‘la culture de la chaise’, en opposition à la ‘culture du sol’. Run II est donc, selon Antony Gormley « une zone de réflexivité dans laquelle la lumière, l’air, le volume et notre biomasse s’accordent dans un jeu de géométrie orthogonale qui reste libre. » En nous invitant à devenir nous-mêmes, c’est-à-dire des figures ancrées dans le sol, nous devenons nous-mêmes la personne qui est vue par les autres spectateurs et, ce faisant, nous pouvons utiliser l’espace de l’art comme un champ d’émergence. Gormley nous invite à nous arrêter et à repenser notre dépendance vis-à-vis de ce second habitat, celui « du corps de l’architecture », et à créer une conscience du sol lui-même, afin de nous y ancrer.

Dans son essai pour le catalogue de l’exposition, l’historien de l’art, Jonathan Wood revient sur cette nouvelle oeuvre : « Il n’est pas difficile de considérer Run II comme un tournant important dans la sculpture de Gormley… Un détachement du corps de l’artiste pour se tourner vers celui du spectateur. Run II s’inscrit aussi, il faut le dire, dans une continuité : l’oeuvre étend la portée d’un projet sculptural plus global qui s’est progressivement développé au cours des quarante dernières années,  avec pour élément central le corps humain —tant celui de l’artiste que celui du spectateur. C’est cette quête constante et inachevée qui donne à l’œuvre de Gormley sa place unique dans l’histoire de la sculpture. »

Pour accompagner cette oeuvre de grande envergure conçue spécifiquement pour cet espace, Gormley présente une série d’oeuvres en fonte à échelle humaine intitulée Liners. Celles-ci sont constituées de simples lignes droites ouvertes, de lignes multiples et de lignes qui n’ont ni début ni fin. Elles explorent le volume intérieur du corps humain et rappellent le plan de métro londonien. Comme Run II, ces œuvres sont également considérées par Gormley comme des « instruments de diagnostic » qui s’évertuent à nous repositionner dans notre habitat naturel, c’est-à-dire notre corps : « Je ne veux pas illustrer une émotion ou une sensation, mais ces cartes rouillées pourraient être activées par la projection de ce que l’on ressent dans certaines positions; en se tenant debout sur les épaules de quelqu’un dans le cas de Fill ; en se tenant allongé sur le côté pour Level ; ou en équilibre sur les fesses tout en soulevant la tête et les pieds pour Float. Dans le cas de Nest, la sensation de notre relation avec la terre lorsque l’on se tient en équilibre sur nos pieds en serrant nos jambes aussi fort que possible contre notre corps. » A l’étage inférieur, deux Framers délicats font allusion à l’espace corporel en tant qu’espace architectural, et sont accompagnés d’une sélection de dessins spatiaux.

Pour Gormley, la sculpture à l’ère numérique possède la capacité unique de nous renvoyer à une expérience primordiale et peut devenir le terrain sur lequel nos perceptions internes oubliées de notre être-au-monde pourrait nous amener à reconnecter avec nous-mêmes et avec notre planète. 

Un catalogue avec des textes du géographe Michel Lussault et de l’historien d’art Jonathan Wood sera publié à l’occasion de l’exposition. 

 

A propos de l’artiste

Antony Gormley, né en 1950 à Londres, est largement reconnu pour ses sculptures, installations et commandes publiques qui témoignent de sa recherche sur l’inscription du corps humain dans l’espace environnant. Son travail exploite les ressources offertes par la sculpture depuis les années 1960, en prenant pour sujet son corps ou celui des autres afin de soulever des questions fondamentales sur la place de l’homme dans la nature et dans le cosmos. Antony Gormley conçoit l’espace de l’art comme un lieu où peuvent advenir des attitudes, des idées et des émotions nouvelles. 

Antony Gormley a exposé dans de nombreux musées à travers le monde: Royal Academy of Arts, Londres (2019) ; Musée des Offices, Florence (2019) ; Neon Foundation, Delos, Grèce (2019), Philadelphia Museum of Art, Philadelphie, États-Unis (2019) ; Tate Britain, Londres (2018) ; Long Museum, Shanghai, Chine (2017) ; National Portrait Gallery, Londres (2016-17) ; Forte di Belvedere, Florence (2015) ; Zentrum Paul Klee, Berne (2014) ; Lehmbruck Museum, Duisburg, Allemagne (2014) ; The Museum of Modern Art, Hayama, Japon (2013) ; Deichtorhallen, Hambourg (2012) ; Centro Cultural Banco do Brasil, São Paulo, Rio de Janeiro et Brasilia (2012) ; The State Hermitage Museum, St Petersburg (2011) ; Kunsthaus Bregenz, Bregenz (2010) ; Hayward Gallery, Londres (2007) ; Malmö Konsthall, Suède (1993) et Louisiana Museum of Modern Art, Humlebæk, Danemark (1989). 

Gormley a aussi participé à de nombreuses expositions internationales dont la Biennale de Venise (en 1982 et 1986), et la Documenta de Kassel en 1987. Parmi ses sculptures monumentales qui sont installées dans l’espace public, on peut citer Angel of the North à Gateshead, Another Place sur la plage de Crosby, Inside Australia sur le lac salé Ballard et Exposure à Lelystad, au nord-est d’Amsterdam.

Antony Gormley a reçu le prix Turner en 1994, le South Bank Prize, dans la catégorie Art Visuel, en 1999 et le prix Bernhard Heiliger pour la sculpture en 2007, le prix Obayashi en 2012 et le Praemium Imperiale en 2013.  Nommé officier de l’ordre de l’Empire britannique en 1997, il a été élevé au rang de chevalier pour ses services rendus aux arts en 2014. Antony Gormley, entré à la Royal Academy de Londres en 2003, siège également au conseil d’administration du British Museum depuis 2007, et est membre honoraire du Royal Institute of British Architects et docteur honoris causa de l’université de Cambridge.  

 @THADDAEUSROPAC et #ANTONYGORMLEY #INHABIT

Galerie Thaddaeus Ropac Paris
marcus.rothe@ropac.net
+33 1 42 72 99 00

 

Partager cet article :