Musée de l'Impression sur Etoffes Mulhouse ©VB

La création du musée de l’Impression sur Etoffes

En 1833, les industriels mulhousiens rassemblés au sein de la Société Industrielle de Mulhouse décident de conserver leurs créations. Mieux ils s’efforcent de compléter ces archives en collectionnant les productions d’autres pays et d’autres temps. L’ensemble devenu vite important, se constitue de textiles du monde entier, centré sur l’impression alsacienne. 
En 1955 ,  le musée  s’installe dans le bâtiment de la rue des Bonnes Gens, construit entre 1880 et 1883 pour abriter une partie des nombreuses collections de la Société Industrielle de Mulhouse. Outre 6 millions d’échantillons, le musée conserve près de 50000 documents textiles : métrages, dessus-de-lit, foulards, châles, etc. du XVIIIe siècle à nos jours. D’une façon plus large, l’impression s’inscrit dans une vaste famille textile dont d’importantes collections représentatives sont également conservées au Musée comme les fameux plangi, ikats, batiks : l’univers des décors textiles, en provenance du monde entier, se trouve représenté. Le musée a pour vocation de mieux comprendre et faire connaître l’impression textile. Musée d’art décoratif, musée industriel, musée d’histoire locale, musée de société, musée de la mode, le musée de l’impression oscille entre de nombreux pôles patrimoniaux qui ont tous leur importance.

Du décor somptueux d’une tenture indienne du XVIIIe siècle au tee-shirt publicitaire, l’impression sur étoffes recouvre une vaste réalité. Sa réalisation se déroule en de nombreuses étapes et exige le concours de plusieurs intervenants : dessinateur, graveur, chimiste, imprimeur

D’un point de vue technique, l’Impression sur Etoffes peut se définir comme la reproduction d’un décor, par application d’un outil chargé de matière colorante sur un support textile. Au XVIIIème siècle, la planche de bois gravée en relief, utilisée dès le XIVème siècle pour l’impression de pigments peu solides domine. La rencontre avec les procédés de coloration indiens entraîne son essor. Le coloriste, ancêtre du chimiste extrait et mélange les substances naturelles, essentiellement végétales qui composent la pâte colorée.

En 1783, un Ecossais, Thomas Bell, dépose le brevet d’une machine à imprimer les étoffes munie d’un rouleau de cuivre gravé en creux. Quatorze ans plus tard, la première machine à imprimer au rouleau utilisée en France est mise au point pour la manufacture de Jouy-en-Josas. Jean-Louis Lefebvre propose une version concurrente qui connaît un grand succès au début du siècle, tant en région parisienne, qu’à Beauvais, en Alsace et en Allemagne

Musée de l'Impression sur Etoffes Mulhouse ©VB

Une histoire de la flore dans l’imprimé Exposition du 26 octobre 2018 au 8 mars 2020

Cette exposition propose un voyage dans le temps, les couleurs et les odeurs, en retraçant l’extraordinaire créativité florale du XVIIIe siècle à nos jours, à travers les collections du musée. Le parcours démarre par les modèles utilisés par les dessinateurs pour transposer la nature dans les tissus et inventer de nouveaux motifs floraux, en montrant l’impact des expéditions scientifiques, de l’essor de l’horticulture et de la mode dans les choix des espèces et leur « mise en scène » par l’artisanat et l’industrie. L’exposition s’organise autour de trois grands thèmes :

FLEURS NATURELLES ET D’INVENTION

Aux sources de la création textile . Les fleurs jouent un rôle essentiel dans les processus créatifs de la production des étoffes. Dès l’Antiquité, la flore inspire palmettes et fleurettes, mais il faut attendre le siècle des Lumières pour que l’imitation de la nature gagne des tissus avec une inventivité sans cesse renouvelée. Au XVIIIe siècle, une « fleur » désigne aussi une étoffe nouvelle. Cette terminologie montre que la mode et la fleur sont désormais indissociables de l’industrie textile pour l’ameublement comme pour le vêtement. 

L’ART DE REPRÉSENTER LES FLEURS

L’explosion florale dans les étoffes s’accompagne d’une créativité sans cesse renouvelée. Pour composer les fleurs, les dessinateurs rivalisent d’imagination : ramages, semis, jetés, couronnes ou bouquets et jouent sur des effets d’échelles. L’essor de la chimie offre une large palette de couleurs, faisant des étoffes de véritables trompe-l’œil pour des compositions sophistiquées. La représentation des fleurs est tributaire des courants artistiques : aux fleurs raffinées du XVIIIe siècle et aux compositions réalistes de la seconde moitié du XIXe siècle succède une stylisation inspirée par les avant-gardes.

L’ART DE PORTER DES FLEURS

Depuis le XVIIIe siècle, l’imprimé floral, motif associé au printemps, particulièrement apprécié dans le vêtement féminin et les accessoires de mode, a connu de nombreuses déclinaisons. Année après année, les fleurs, naturalistes ou stylisées, continuent d’inspirer les dessinateurs industriels et les créateurs.

Musée de l’Impression sur Etoffes

Musée de l'Impression sur Etoffes Mulhouse ©VB
Partager cet article :

Évènements pour la semaine du 19 octobre 2020

Navigation des événements de la semaine

Loading Events
lun 19
Aucun événement aujourd'hui
mar 20
Aucun événement aujourd'hui
mer 21
Aucun événement aujourd'hui
jeu 22
Aucun événement aujourd'hui
ven 23
Aucun événement aujourd'hui
sam 24
Aucun événement aujourd'hui
dim 25
Aucun événement aujourd'hui