Vincent Perez fait sa déclaration d’amour … au cinéma du 24 juin au 16 juillet 2020

Cycle les Histoires d’Amour au cinéma : alternative aux Rencontres du 7ème Art de Lausanne  2020

Il y a mieux que le cinéma à la maison , il y a le cinéma en vrai , sur grand écran , pour l’émotion , pour ce qu’on peut lire dans le regard des Romeo et Juliette inventés par des Lynch , Wenders , Pollack ou Kazan rien que pour nous déchirer le coeur, pour voir au-delà de la lucarne , loin ,  pour l’enthousiasme communicatif , pour la passion en partage . Il faut pouvoir se souvenir des belles choses fussent-elles tristes ou gaies , c’est la vie  . Se souvenir d’Annie Girardot couronnée aux Cesar en-fin en 1996 pour sa carrière déclarant à quel point le cinéma lui avait manqué follement , éperdument, douloureusement – – Roberto Begnini se prosternant aux pieds de Martin Scorcese après la remise de son grand prix à Cannes en 1998 pour la Vie est belle – – Maurice Pialat clamant son désamour  au public de Cannes à l’occasion de sa palme d’or en 1987 pour Sous le soleil de Satan...

Malheureusement , on ne se souvient pas de tout avec exactitude . Heureusement  , Vincent Perez nous offre la possibilité de retrouver la mémoire en programmant – en compensation  du report des Rencontres du 7ème Art de Lausanne 2020 – et en partenariat avec les cinémas Pathé Lausanne ,une série de films pour faire le plein d’émotions en plongeant avec volupté dans la torpeur estivale ( oui , vous êtes à Lausanne douceur de vivre oblige )  . Voyez plutôt : Love Story, Notting Hill, Out of Africa, Casablanca, Eternal Sunshine of the Spotless Mind , Sailor et Lula… En tout, une vingtaine de films seront présentés dans les salles Pathé – Les Galeries de Lausanne .
.  

Blake Edwards et Frank Capra ont inauguré le 20 juin ce mini-festival dédié aux histoires d’amour cultes du cinéma avec Breakfast at Tiffany’s et It’s a Wonderful Life (La vie est belle) . Vincent Perez  , rencontré sur la merveilleuse terrasse du Beau Rivage Palace  , se réjouit de retrouver les passionnés de cinéma avec une petite pointe d’inquiètude toutefois sur ce retour programmé post -confinement et bien que les billets pour Diamants sur canapé soient presque tous vendus.  » Nous étions très heureux de la mise en route de cette troisième édition qui s’annonçait sous les meilleures augures avec des invités prestigieux et une cinquantaine de grands films dont une grande partie projetée en bonne intelligence avec la cinémathèque  suisse , l’une des plus grandes archives filmiques au monde ( la 6 ème avec 85000 films ) . « 

 

Les Rencontres du 7ème Art de Lausanne sont investies d’une mission qui sert de fil d’Ariane : diffuser  la connaissance du  patrimoine cinématographique et surtout transmettre  la passion du cinéma en organisant des rencontres entre tous les publics et tous les faiseurs de films , du scénariste  au directeur de la photo  ( Joel Coen était venu l’an passé avec  Bruno Delbonnel ) en passant par le compositeur ( Nathaniel Méchaly bande-originale du génial Kaboul Kitchen ) le réalisateur( nous ne verrons donc pas cette année ni Valeria Bruni-Tedeschi , ni Patrice Lecomte ni Danielle Thompson ni ni ni …il faudra patienter jusqu’en 2021 ). Faire du lien entre le public et les métiers du cinéma , telle est la ligne directrice  comme la littérature qui n’est jamais loin du cinéma .C’est ainsi que  la Fondation Jan Michalski est devenue un partenaire de choix pour l’évènement ( le dimanche 21 , le comédien Dominique Pinon y donnait lecture de Boris Vian ) .

Vincent Perez rapporte que les Rencontres rassemblent un public plutôt jeune ( majoritairement entre 18 et 35 ans ) tandis que les séniors sont plus timidement présents . La faute à l’ADN lausannois  marqué par la forte densité estudiantine : 14 000 étudiants pour   l’université  , presque pour l’EPFL – Ecole Polytechnique – sans compter  la prestigieuse ECAL – Ecole des Arts  de Lausanne  – dont la section cinéma est dirigée  par Lionel Baier, intervenant fidèle des Rencontres. Les contacts , conversations et autres évènements proposés lors des Rencontres en direction de la jeunesse , sont aussi un bon moyen de sentir l’air du temps , les préoccupations de notre époque pour envisager des thèmes , le racisme ,  peut-être prochainement par exemple, l’actualité s’y prête hélas. .

Vincent Perez est loin de vivre passivement dans l’attente de la prochaine session des Rencontres du 7ème Art de Lausanne  car il confie être occupé par trois projets , en qualité de réalisateur . Comme 2 des 3 castings sont en cours , je n’en saurai pas plus ,  bien que les producteurs soient déja cités , parmi lesquels Jeremy Thomas présent l’an passé aux Rencontres.  Patience à nouveau !

Un catalogue est édité reportant les conversations avec les invités des précédentes sessions des Rencontres du 7 ème Art de Lausanne 

PRATIQUE :

Cycle du  24 juin et le 16 juillet , réservations uniquement en ligne sur  pathe.ch .

Vincent Perez  présentera le 1er juillet le film  It’s a Wonderful Life (La vie est belle)de Frank Capra.

Tarif  : CHF 15/ 12

RENCONTRES DU 7EME ART LAUSANNE 

 

Lausanne is beautifull ©VB
Lausanne is beautifull ©VB
Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *